Visages de femmes Gilets jaunes - Brice Le Gall

Visages de femmes gilets jaunes



Alors qu’en France, la plupart des mobilisations sont traditionnellement encadrées (et en partie initiées) par des structures politiques, associatives ou syndicales, le mouvement des Gilets jaunes s’inscrit dans la droite ligne des mobilisations citoyennes « spontanées » du milieu des années 2000. A l’instar du mouvement protestataire de Gezi en Turquie, des Indignados en Espagne, d’Occupy Wallstreet aux EU, les Gilets jaunes ont fait irruption pour défier frontalement le pouvoir politico économique. A la fois durable, sans leader, parlant une langue inconnue des institutions, tenace et offensif malgré la répression et populaire malgré la médiatisation malveillante des déprédations, ce mouvement présente aussi un caractère inédit et original par sa composition sociale : transgénérationnel, transclasse, transpolitique (au sens des orientations partisanes), il agrège des personnes très différentes du point de vue de leurs conditions de vie et de leurs systèmes de valeurs, même si la composante populaire du mouvement est indéniable et suscite tous les fantasmes.


Plusieurs dimensions peuvent être documentées à l’aide de la photographie. Le parti pris ici a consisté à mettre l’accent sur la contribution et l’histoire des femmes gilets jaunes engagées dans le mouvement. La mobilisation de cette fraction de la population doublement invisible (femme et milieux populaires) révèle leur place absolument centrale dans la dynamique et le fonctionnement du mouvement : le rôle joué par certaines « médiatrices » pour neutraliser les divisions et faire tenir ensemble des personnes ayant des histoires et des orientations politiques différentes, leur fonction dans l'organisation matérielle et symbolique de la mobilisation, les moyens par lesquels elles entretiennent la fraternité et la croyance qu’un autre monde est possible, leur contribution aux moments d’effervescence collective qui tendent à consolider et à rythmer la vie sociale sur les ronds points ou dans les manifestations, etc. constituent autant de facettes du mouvement des gilets jaunes qu'il est nécessaire de mettre en lumière pour en comprendre la force. Plus qu’un hommage aux femmes mobilisées, on voudrait ainsi donner à voir ce mouvement « de l’intérieur » et faire comprendre quelques une des conditions qui permettent de faire exister une révolte de cette ampleur. Une façon pour nous de rectifier le traitement médiatique souvent malveillant qui est fait du mouvement, mais aussi de rendre raison modestement de l’engagement des gilets jaunes.


Textes et photographies : Brice Le Gall, Thibault Cizeau et Lou Traverse.


Note : Les images ci-dessous ont été prises entre le 17 Novembre 2018 et mars 2019 sur trois principaux camps de l'Oise (Senlis, Chevrières, Bois de Lihus). Elles couvrent aussi les venues à Paris de certaines protagonistes lors des manifestations et ont été complétées par plusieurs prises de vue à leur domicile, le plus souvent en famille.

Powered by SmugMug Log In