La 4ème maraude des Gilets jaunes de Beauvais - Brice Le Gall

Des engagés du quotidien

Beauvais, jeudi 6 juin 2019


En réduisant le combat des Gilets jaunes à des préoccupations consuméristes et individualistes ou en l'assimilant aux thèmes portés par l'extrême droite,  les médias dominants ont presque toujours passés sous silence les nombreuses initiatives écologiques, sociales ou simplement citoyennes dans lesquelles des hommes et des femmes se sont engagés depuis plusieurs mois grâce au mouvement.


Dans l'Oise comme dans d'autres régions, on ne compte plus le nombre et la diversité de ces actions : création de coopératives pour venir en aide aux paysans, brocantes solidaires, ateliers constituants, fêtes de l’Échange, nettoyage des forêts, pêche à l'aimant pour assainir les cours d'eaux, etc. Parce que dans l'esprit de nombreux Gilets jaunes, ce mouvement est porteur d'une remise en cause générale du système économique et politique, il prend des formes très variées et commence à s'institutionnaliser.


A Beauvais,  une ville marquée par le chômage et la pauvreté,  les Gilets jaunes se mobilisent pour porter secours aux plus faibles.  Après leur travail, ils organisent des maraudes palliant ainsi aux limites des services sociaux souvent sous dotés et débordés. En distribuant de la nourriture, des vêtements, des médicaments, ou en venant simplement échanger quelques mots avec des personnes déracinées, ces Gilets jaunes ne remplissent pas seulement les missions d'assistances qui incombaient autrefois à l’Église et à l’État. Alors qu'ils sont parfois eux mêmes dans la précarité,  ils donnent d'abord une leçon de civisme et de solidarité aux détracteurs des Gilets jaunes, aux sceptiques, aux cyniques, et plus généralement à celles et ceux qui ne veulent pas voir ou se satisfont de la misère endémique produite par notre système économique. En creux, leur engagement rappelle aussi notre responsabilité individuelle et collective lorsque notre inaction revient à accepter tacitement un ordre des choses aussi inégalitaire qu'irresponsable sur le plan social et écologique. Surtout, ces hommes et ces femmes entrées en révolte jouent un rôle important dans la lutte contre le fatalisme et le désespoir : en faisant la démonstration qu'il existe des prises à la portée de toutes et de tous pour agir sur le réel, leur façon pratique et humble de faire de la politique entretient la croyance indispensable à la construction d'un autre monde.


Moins spectaculaire qu'une barricade en feu ou qu'un coup d'éclat en Assemblée Générale, les actions de ces engagé(e)s du quotidien n'en sont pas moins durables. Elles montrent l'exemple et inspirent le respect.


Pour un autre regard sur le soulèvement des Gilets jaunes : Justice et respect, le 5 décembre en librairie.


Powered by SmugMug Log In