Du panache... - Brice Le Gall

Du panache...

Péage de Chamant, le 22 juin 2019


Au milieu des champs, sous un soleil de plomb, des Gilets jaunes de Senlis, Compiègne, Ressons, Amiens, Soisson, Béthune, Lens, Lille...  et de toute l’Ile de France se sont retrouvés pour offrir un petit cadeau aux familles et sensibiliser les automobilistes au projet de privatisation des aéroports de Paris.


Après plus de 7 mois de mobilisation, l’occupation du péage de Chamant peut être considérée comme un succès. D’abord, parce qu’elle a permis de s’attaquer symboliquement à une puissante Holding qui a bénéficié elle aussi des privatisations décidées par l'Etat pour satisfaire ses politiques de rigueur budgétaire et salariale. Présidée par Alain Minc, un chantre du néolibéralisme qui symbolise peut-être le mieux la collusion entre les médias français et les pouvoirs politiques et économiques, la SANEF (Société des Autoroutes du Nord et de l’Est de la France) fut intégralement privatisée en 2017 alors qu’elle réalisait un an plus tôt un chiffre d’affaires de 1.2 Milliard d’euros. Pendant plus de 9h, les Gilets jaunes ont tenu avec panache un de leur le péage ouvert. Si cette opération représente un manque à gagner bien faible pour la puissante entreprise, elle a offert néanmoins quelques économies aux familles et aux classes populaires contraintes d’utiliser ces autoroutes pour se déplacer.


Surtout, l’opération du péage de Chamant est un succès par sa forme et son organisation. En revenant aux sources du mouvement, elle a permis de renouer un contact direct avec la population et de rassembler les groupes de Gilets jaunes d'un large territoire sur un objectif commun. Les encouragements, les sourires, parfois les rires des automobilistes ont permis à chacun d'éprouver la fierté et l'importance de son combat ainsi que le soutien dont il bénéficie toujours auprès d'une large partie de la population. La foule qui a su faire corps contre la venue du sous préfet et des CRS a fait la démonstration qu'une mobilisation pacifique et organisée était encore le moyen le plus efficace pour fédérer l'ensemble des Gilets jaunes et amplifier à terme la mobilisation.


De nombreux automobilistes sont désormais informés de l'importance qu'il y a à voter contre la privatisation des aéroports de Paris. Le RIP devra otenir 4,7 millions de signatures pour tenter d’enterrer le projet. Les citoyens disposent de 9 mois pour le signer.


Pour un autre regard sur le soulèvement des Gilets jaunes : Justice et respect, le 5 décembre en librairie.

Powered by SmugMug Log In